Thérèse, dragon, et amoureuse passionnée

Marie-Thérèse Figueur, dragon de l’Empire, aura un destin sans précédent. Cette jeune fille, engagée comme cantinière puis dans la cavalerie, participera aux grandes batailles de l’Empire. Napoléon la distinguera. Elle a servi de modèle à Thérèse Dragon, héroïne de l’album signé par Karl T. et Damien Marie. Elle gagnera aussi un surnom, celui de Madame Sans-Gène, que fera connaître par sa pièce de théâtre Victorien Sardou mais en la faisant devenir, ce qui est faux, l’épouse du maréchal Lefebvre.

Thérèse, Dragon Elle aura une enfance difficile, Thérèse. Et un amour de jeunesse qui le restera pour toujours, Clément. Elle est enrôlée par les Chouans qui luttent contre la Révolution. Prisonnière elle est sauvée par un général de hussards qui l’enrôle. Elle part pour Toulon où un certain Bonaparte veut prendre la ville. L’Italie ensuite où elle est dans les dragons. Elle est devenue la citoyenne Sans-Gène et brille par son courage et veut retrouver son Clément, lui aussi dans l’armée. En Espagne elle se bat à la limite du suicide obsédée par la vision du minotaure. Elle est captive des Anglais sur un bateau prison. Libre, elle poursuit sa recherche de Clément qu’elle retrouvera enfin mais au prix fort.

Il y a de l’action mais surtout un grand romantisme dans cette aventure de passion et de combat. Thérèse a une volonté terrible chevillée au corps dans un monde sans pitié et dans lequel elle peut perdre la vie à chaque instant. Son amour la porte. Damien Marie la sublime car Thérèse devient une sorte d’icône que Karl T. a pris plaisir, on le sent, à dessiner comme aussi les scènes très réussies de combat sur les champs de bataille de l’Empire.

Thérèse, dragon, Récit de campagnes napoléoniennes, Vents d’Ouest, 14,95 €

Récit de campagnes Napoléoniennes