Le Printemps de Sakura, leçon de vie

Marie Jaffredo était au dernier BD Plage à Sète au moment même où sortait son nouvel album, Le Printemps de Sakura. On se souvient du très autobiographique et touchant Yuan, journal d’une adoption. Il y avait eu aussi Meurtre au Mont Saint-Michel. Cette fois l’autrice emmène ses lecteurs sous le charme au Japon à la suite d’une petite fille dont le papa est français qui a perdu accidentellement sa maman japonaise. Choc des cultures mais en douceur. On est une fois encore ému, séduit par le ton du récit et le personnage de Sakura.

Un accident, la mort d’une maman à Tokyo à 5 ans. Sakura a un papa européen qui est resté au Japon avec elle après le décès de son épouse japonaise. Trois ans plus tard, pas facile pour Sakura à l’école d’être prise entre deux mondes. Son père s’accroche à son job et doit partir en Inde. Sakura va habiter chez sa mamie japonaise Masumi mais la petite fille parle mal le japonais. Reçue avec joie par sa grand-mère, Sakura est sur la défensive. Tout autour d’elle est dans la plus pure tradition nippone, alimentation ou traditions. Sakura est perdue à cause de la langue et son père lui raconte comment il a rencontré ici sa maman, accueilli avec gentillesse par Masumi. Peu à peu Petite Fleur comme l’appelle Masumi découvre la vie de ce petit port de pêche où son grand-père pourtant jardinier avait un bateau. Et la vraie cuisine japonaise qui lui plait beaucoup, la tendresse intelligente de Masumi.

On découvre que la mamie était institutrice, que la vie est douce, que la rivière de galets a une belle signification. Marie Jaffredo parle bien des choses simples, celles qui donnent du bonheur. Des copains, des coquillages sur la plage et un trait léger, expressif, souriant, ce Printemps est une belle leçon d’amour et d’apprentissage, de culture du souvenir, du printemps qui revient quoiqu’il advienne. Une leçon de vie aussi sous les cerisiers en fleurs. Un album superbe qui fait du bien.

Le Printemps de Sakura, Vents d’Ouest, 19 €

4.4/5 - (8 votes)