L’Enragé du ciel, un pilote avec le ciel pour seul partage

Une biographie, celle d’un homme fou d’aviation et qui en a été l’un des grands noms un peu oublié aujourd’hui. Roger Henrard a mis au point la photo aérienne dans les années vingt tout en devenant un pilote qui avait cependant une fâcheuse tendance à « casser du bois ». C’est son arrière-petit-fils, Joseph Safieddine qui a écrit le scénario de cette vie de passion et de courage sur un joli dessin à la Blain de Loïc Guyon, vivant et enlevé, L’Enragé du ciel.

L’Enragé du cielIl arrive trop tard, Roger Henrard, pour devenir un Fonck ou Guynemer. On est en novembre 1918 et, lui le pilote se retrouve en congé d’armistice. Sa famille depuis un héritage industriel a les moyens et il intègre l’entreprise tout en poursuivant ses vols sur des avions qui lui résistent mal. Génial, il met au point un premier appareil photo de haute altitude qui va équiper les avions militaires français. Il photographie Paris vu du ciel. Amoureux il épouse Marcelle et la séduit par un vol acrobatique. Il a un fils qu’il adore, une sœur qui gère l’entreprise et des maîtresses nombreuses. Les femmes et les avions, Henrard a deux amours. Ce qui ne l’empêche pas à la demande des autorités françaises d’aller courageusement espionner du haut du ciel le territoire allemand avant 39. Des photos qui seront utiles mais n’empêcheront pas la France de succomber. Mobilisé mais pas combattant il fera des pieds et des mains pour voler. Sa rencontre avec Jules Roy donnera entre les deux hommes une amitié sincère et solide. Il part avec son escadrille en Algérie en 40 et accomplit des missions dangereuses.

La vie de Henrard est un roman qui aura ses hauts et ses bas, ses chagrins et ses joies à la mesure du personnage haut en couleur, génial homme-oiseau, amoureux permanent. Son fils se tuera dans l’avion qu’il lui a offert. Un drame dont il ne se remettra pas et ne voudra pas admettre. Quand on lit cette biographie enchantée, bouillonnante de vie, on est charmé par le profil de ce pilote sans prétention, fantasque, un peu enfant à qui on devait pardonner beaucoup. Un très bel ouvrage sur un homme qui mérite d’être redécouvert.

L’Enragé du ciel, Sarbacane, 24 €

L'Enragé du ciel