Spoon & White T9, ramdam chez les ploucs

Ils sont connus comme le loup blanc, Starsky et Hutch du NYPD, des déjantés du bocal, des flics dont les neurones soit se battent entre eux, soit sont aux abonnés absents. Des synthèses Spoon et White, le premier flingue tout ce qui bouge et le second se prend pour une star mais a un QI d’huitre. Si on y ajoute la fort sympathique et plantureuse Courtney, journaliste, dont ils sont amoureux dingues, on peut s’attendre à tout. Le duo a déjà sévit, on le sait, avec Jean Léturgie et Yann et dessinée par Simon Léturgie parfois assisté de Franck Isard. Huit volumes ont été publiés en 1999 et 2010 par Dupuis puis Vents d’Ouest. Ils sont de retour dans Road’n’trip avec les Léturgie père et fils. Attention les pruneaux vont voler bas.

Spoon & White

Un tableau a été volé dans un musée, portrait d’un ancêtre d’une personnalité et non des moindres la belle Courtney. Sur les quais Spoon et White planquent. Mais White se fait coincer par des malfrats tandis que Spoon retrouve le tableau sur un bateau mais tout dérape. Feu à bord mais l’inspecteur ne renonce jamais. Sauf que le tableau va en prendre un coup dans la toile ce qui agace hiérarchie et Courtney. Spoon et White sont les deux seuls blancs de leur commissariat. Spoon vit dans une caravane et rêve de Courtney qui part en reportage à Mudtown où on a trouvé du gaz de shit. Sauf que Mudtown c’est le patelin de Spoon.

Spoon & White

Une famille de débranchés du cerveau,  une demi-sœur zinzin, la Oilyshit, White qui débarque, tout est prêt pour que tout explose. Du Largo façon Léturgie et il faut pister les clins d’œil aux plus grands classiques du polar US. Des bonus à la fin, le duo est bien reparti pour un tour. Bamboo réédite aussi Requiem pour dingos, autre fait d’arme du duo.

Spoon & White, Tome 9, Road’n’trip, Bamboo, 12,90 €