Retropolis, les édifiantes aventures d’Otto et de Polly

Retropolis
Un univers à la Fritz Lang, étonnant et accrocheur

Fritz Lang, Cabaret, l’Ange Bleu, avec en fond de plan le Berlin des années trente, le titre même Retropolis n’est pas un hasard pour cet univers animalier et extraordinaire de Anne-Laure To. Un premier album avec Otto un amputé des deux bras aux doubles crochets, Oedipa une tenancière de bordel borgne, des jeunes filles vendues à un magnat qui veut créer une addiction aussi bien physique que politique et enfin une héritière mal embouchée, Polly, qui va semer la pagaille.

On est fasciné par l’écriture comme par le dessin de Anne-Laure To. Violent, rugueux par moments, couleur de sang, ses personnages qui ont tant de ressemblances avec ceux d’aujourd’hui mélangés à ceux d’hier, dictateurs éphémères, cet album accroche et balade le lecteur de surprises en découvertes, en retournements de situation radicales. Pour des débuts ceux d’Anne-Laure To seront sûrement remarqués.

Retropolis, KSTR, 16 €