Maudit sois-tu, Zaroff repart en chasse

Un peu tiré par les cheveux ce Maudit-sois tu qui offre de rassembler quelques vrais méchants du cinéma ou de la littérature fantastique horrifique. Le docteur Moreau, le comte Zaroff même combat. Enfin leurs descendants qui veulent régler leurs comptes avec les familles qui ont fait la peau de leurs aïeuls. Zaroff surtout. Une idée qui trottait dans la tête de Philippe Pelaez, le scénariste. Il a donc revisité le sujet en le transposant de nos jours. Il faut bien lire ses textes pour découvrir toutes les filiations terrifiantes que recèlent l’album. Il y en aura trois qui vont partir d’aujourd’hui et remonter dans le temps, 1848 et 1817. Au dessin (on avait beaucoup aimé Baron Rouge) Carlos Puerta d’une rare profondeur artistique.

Maudit sois-tu 2017, une chasse à l’homme dans les égouts de Londres et un cadavre au menu. Ses prédateurs sont en passe de choisir d’autres victimes au nombre de quatre. Et font partie des familles qui ont causé la perte du Comte Zaroff, célèbre pour ses chasses monstrueuses. Avec l’aide du descendant du docteur Moreau et ses créatures improbables, Zaroff junior a lancé ses filets. La copine du type assassiné travaille pour lui qui prépare sa dernière chasse. Mais tous les coups sont permis quand le gibier ne veut pas se laisser faire.

A la fois classique, novateur, accrocheur, mais on est un peu frustré. Il fallait cependant avoir l’idée de rassembler toute cette joyeuse bande, Moreau, Zaroff ou Shelley. Le dessin ultra-réaliste, très riche mais très expressif de Puerta ajoute sa puissance de feu à l’histoire qu’on suit avec intérêt. Tout finira par se rejoindre à travers les trois tomes. Un cahier didactique et graphique termine l’album avec les premières pages du prochain tome.

Maudit sois-tu, Tome 1, Zaroff, Ankama, 15,90 €

Zaroff