Les Voyages d’Ulysse, Emmanuel Lepage au sommet et expose chez Maghen le 12 octobre

Emmanuel Lepage a signé son grand-œuvre. Avec Les Voyages d’Ulysse il vogue vers un tel niveau artistique, une telle richesse de compositions, d’évocations ensorcelantes, qu’on ne peut que se laisser happer par ce voyage au fin fond des âmes, celles d’une femme, de peintres et d’aventuriers, de rêveurs et d’amants, de maîtresses au seuil des vagues d’une croisière incertaine. Emmanuel Lepage est à la barre du boutre avec René Follet pour les tableaux au flash parfois orientalistes mélangés d’antique qui émaillent le livre. Sophie Michel a écrit son Odyssée d’une plume qui n’a rien à envier aux maîtres antiques qui bien sûr l’ont inspirés.Une exposition des planches originales aura lieu à la galerie Maghen à Paris du 12 octobre au 16 novembre.

Les Voyages d'UlysseUn frère et une sœur, un père qui perd la femme de sa vie dont seuls des portraits demeurent, deux peintres dont l’un va suivre à la trace l’autre, un bateau l’Odysseus et les îles grecques pour décor. Jules Toulet est un peintre inconnu qui traîne ses pinceaux à Istanbul après avoir perdu Anna sa muse. Il va rencontrer Salomé, capitaine de fortune et qui lui montre une œuvre de Kasack sans lui dire que ce peintre a mis sur la toile les années heureuses de sa vie. Jules qui possède un carnet de croquis de Kasack et Salomé vont s’aider mutuellement car elle veut retrouver la trace de Kasack et récupérer ses toiles. Peu à peu Salomé se raconte. L’Odysseus reprend la mer et va devoir déjouer pièges et sortilèges. Salomé se souvient de sa première rencontre avec Kasack qui était tombé amoureux de sa mère. Que cherche vraiment Salomé dont le destin côtoie celui d’Ulysse ? Quel sera son futur et arrivera-t-elle à trouver la paix après avoir connu la noirceur des maisons closes ?

Une rédemption que cette course effrénée d’une jeune femme qui ne sourit presque jamais. Finalement Jules sera son compagnon de galère, second couteau indispensable mais écrasé par son indifférence et son désir de retrouver ce père à qui elle veut rendre espoir. Après Les Voyages d’Anna en 2005 déjà chez Maghen, Emmanuel Lepage est au sommet de son art, expression un peu ridicule car dans son cas on est certain que son talent est en perpétuelle progression. Couleurs, crayons, encres, détails, cadrage, un rendu d’exception et, il ne faut pas l’oublier, un récit peaufiné de Sophie Michel. Très belles prouesses d’édition avec entre autres des intégrations de feuillets d’Homère en papier calque au fil des cahiers. Un ouvrage à lire, relire, il fait 272 pages, un vrai bonheur qui se termine par un éclatant carnet de voyages.

Les Voyages d’Ulysse, Éditions Maghen, 29 €

Les Voyages d'Ulysse