La Cagoule T3, l’armée en arbitre

L’histoire de La Cagoule reste intimement liée à celle de l’extrême droite française avant 1939. Cette organisation voulait simplement renverser la République au moment où l’Europe a basculé dans un fascisme victorieux en Allemagne, Italie ou Espagne. Ce tome 3, La charge du sanglier, est la conclusion, ou au moins une pause pour ces hommes qui continueront en particulier sous l’Occupation a avoir des rêves de puissance jusqu’en 1948 où se déroulera le procès de ses dirigeants, au moins ceux encore vivants. Le paradoxe voudra que, parmi eux, il y ait des grands résistants, parfois anciens déportés. Mais La Cagoule traitée par Vincent Brugeas, Emmanuel Herzet au scénario et Damour au dessin, c’est celle de 1937 avec à ses trousses le commissaire Mondanel sur ordre de Max Dormoy, ministre de l’Intérieur. Et l’échec de Deloncle que l’armée ne va pas suivre dans ses délires pourtant dangereux.

La Cagoule Un officier d’aviation, Jandron, en 1937 est complice d’un attentat contre des avions promis aux Républicains espagnols. Mais le commissaire Mondanel est remonté jusqu’à lui. Il ne lui reste plus qu’à le retourner pour qu’il lui donne des renseignements sur La Cagoule. Bonny flic pourri a été tabassé par Mondanel. Fini pour lui. Il faut maintenant infiltrer le réseau du colonel Loustanau-Lacau qui sévit dans l’armée et pourrait être en rapport avec La Cagoule. Il semble que le général Duseigneur, héros de guerre, soit le levier capable de déstabiliser Deloncle. Des attentats se multiplient qui semblent avoir été l’œuvre de l’extrême gauche mais en réalité celle de l’extrême droite.

Un travail de fourmi, de renseignements, de réseaux pour arriver à éviter un coup d’état auquel aurait pu participer une partie de l’armée, c’est la trame de ces trois albums. La Cagoule s’en sortira finalement pas si mal et se refera une santé auprès de Vichy et des Allemands, dans la Milice. Mais c’est une autre histoire. Le cahier qui termine l’album replace parfaitement les faits dans leur contexte d’époque. Au total une page d’Histoire qui se lit comme un bon polar.

La Cagoule, Un fascisme à la française, Tome 3, La charge du sanglier, Glénat, 14,95 €