Darnand, le bourreau français T2, un nouvel acte à la noirceur totale

Perna et Bedouel, après Himmler et son médecin Kersten se sont lancés sur les traces de l’un des personnages les plus noirs de l’Histoire de l’Occupation et de la Collaboration française. Joseph Darnand dont on a appris ou rappelé qu’il avait été un héros pendant la guerre de 14 et de 1939 dans le tome 1 passe ensuite le Rubicon et devient un des pires suppôts de Vichy, pétainiste convaincu depuis Verdun, patron de la Milice puis s’engage dans la Waffen SS française. Un travail à la fois romanesque, d’action mais surtout de mémoire. Le duo Perna-Bedouel a un don pour faire revivre l’Histoire tout en lui donnant un attrait et une force qui font qu’on est bluffé par le résultat même en connaissant les détails. Dans ce tome 2 Darnand mais aussi Londres et la France Libre vont jouer au jeu du chat et de la souris, je t’aime moi non plus, un peu comme avec l’amiral Darlan à Alger. Jeu de dupes qui va laisser des cadavres sur le macadam.

Darnand A Londres en 1943 Monsieur Paul est venu de France rendre des comptes sur l’action de Chérubin, un agent infiltré auprès de Darnand. Ce n’est autre que son camarade de combat Servaz qui a été piégé par la Gestapo et qu’il a fait libéré en espérant qu’il travaillerait pour lui. Servaz est chargé par Londres dont le réalisme machiavélique est à toute épreuve, de voir si Darnand serait prêt à rejoindre De Gaulle. Son arrestation a été en fait programmée. Nouvelle mission pour Chérubin, tuer Darnand car ce dernier est trop mouillé pour changer de camp. C’est ce que va dire Monsieur Paul à Servaz quand il revient à Paris. Mais Servaz est suivi par les hommes de Darnand qui veut lui confier la reprise en mains de la Milice. Une opération se monte contre des dissidents qui contestent l’autorité de Darnand. Servaz donne un coup de main façon destruction.

Ce tome 2 est un tournant dans le triptyque. A plus d’un titre mais il faut s’y plonger pour en découvrir toutes les subtilités fortes et violentes. Perna a écrit un scénario en béton, le dessin de Bedouel est, on le répète, un des meilleurs actuels dans le genre. La tentation de Darnand de rejoindre Londres est vraie mais De Gaulle s’y est de toute façon opposée. Tout explose dans cette suite où Darnand a définitivement choisi son camp tout en s’imaginant encore que la victoire est au bout de la route sanglante qu’il trace. Rien n’a pu ou ne pourra excuser ou même expliquer si ce n’est la haine le parcours de Joseph Darnand. On attend le tome 3 qui formera un ensemble incomparable.

Darnand, Le bourreau français, Tome 2, Rue de Sèvres, 15 €