Le Voyage d’Abel, de Zanzibar à Macao

Un monsieur plus tout jeune qui a passé son temps, sa vie au cul des vaches, dans une ferme paumée dans un bled tout autant perdu. Et il a un rêve, embarquer sur un paquebot et mettre les voiles vers Zanzibar, Pondichéry, Macao, loin. Le Voyage d’Abel d’Isabelle Sivan et Bruno Duhamel a été auto-édité il y a quelques années. Il est épuisé. Il fallait lui donner de nouveaux horizons à ce presque émule du Marius de Pagnol. Il ressort tout chaud et sans une ride chez Grand Angle dont on ne dira jamais assez, Bamboo en prime, la qualité du travail d’édition. Un plaisir cet Abel qui écoute Trenet et raconte ses espoirs émouvants de bout du monde.

Le Voyage d'Abel

Il vit seul Abel avec son chien, un tordu, dans sa ferme où il trait ses vaches plus toutes jeunes, comme lui. Il a des chèvres aussi et rêvasse en les gardant. Ses courses, il les fait au camion ambulant qui passe dans les villages tenu par la jolie brunette qui ressemble tant à sa maman. Il l’aimait sa mère mais n’a jamais pu le lui dire. A la poste, il récupère le dernier guide qu’il a commandé car c’est son soleil les voyages. Sur l’océan surtout et les hivers du coin il les hait. Sa ferme, personne de la famille n’en a voulu alors il s’y est collé Abel. Réclusion à vie.

Le Voyage d'Abel

Une galerie de portraits très vrais, pas des caricatures. Il suffit d’aller passer quelques semaines, mois au centre le France sans localiser d’avantage. Il a marné toute sa vie, s’est gelé et refait inlassablement les mêmes gestes. Abel, on le surnomme le capitaine, un gentil qui mériterait bien sa croisière. Beaucoup de tendresse et d’émotion dans ces pages aux dialogues savoureux et belles comme les salades du jardin des Hollandais. Il se raconte ses histoires de Mer de Chine et de côtes éthiopiennes. Isabelle Sivan lui offre un destin à découvrir dans ces jolies planches de Duhamel (Le Retour) au lavis qui pétillent parfois et, non sans raison, de couleurs. La suite, elle est absolument à découvrir dans un album qui fait chaud au cœur et pourrait bien faire couler une petite larme.

Le Voyage d’Abel, Grand Angle, 14,90 €

Le Voyage d'Abel