Comédie du Livre 2017, un sans faute

Et voila. Trois jours de belles lettres et de non moins belles bulles, la 32e Comédie du Livre 2017 à Montpellier a fermé ses portes après un dimanche superbe. Soleil et public avait décidé de se donner rendez-vous sur l’Esplanade aux nombreuses dédicaces ou aux différents ateliers et rencontres dont celles animées par ligneclaire avec Fabcaro, Fabrice Erre, Miquel Clemente (Six Pieds sous terre) et Philippe Marcel (La Cafetière) ou avec Jaime Martin pour son album Jamais je n’aurai 20 ans (Aire Libre).

Philippe Marcel, Miquel Clemente, Fabcaro et Fabrice Erre
Rencontre avec Philippe Marcel, Miquel Clemente, Fabcaro et Fabrice Erre sur l’édition alternative. Photo JLT ®

Avec les deux éditeurs, Fabcaro et Fabrice Erre, on a parlé de BD alternative, d’évolution du marché et de la fuite en avant liées à une surproduction qui laisse de moins en moins de place à l’innovation, à la liberté de création. Le rôle prépondérant des libraires a aussi été abordé comme le statut précaire des auteurs. Sans oublier l’exposition mise en scène par Fabrice Erre sur l’œuvre de Fabcaro, la Zaï Zaï Zaï Zaï Zaï Attitude qui se tenait depuis un mois à l’espace Bagouet, un hommage à l’auteur héraultais au moment où sort son nouvel album, Pause dont on va reparler.

Évelyne Jusseaume et Jaime Martin
Évelyne Jusseaume et Jaime Martin pendant la rencontre. Photo JLT ®

Enfin la rencontre avec Jaime Martin a permis de redécouvrir le travail et l’album de l’auteur espagnol, Jamais je n’aurai vingt ans (Dupuis). La guerre d’Espagne, le Franquisme, l’Espagne d’aujourd’hui, Jaime Martin a raconté le destin mouvementé de sa famille depuis 1936 et en particulier de ses grands-parents. Une oeuvre attachante aussi bien sur le plan graphique que littéraire, très maîtrisée et passionnante, émouvante. Un grand merci à Évelyne Jusseaume (oui, l’épouse de Patrick dont le prochain Tramp sortira bientôt, dans l’été) pour son rôle imprévu de traductrice avec Jaime Martin. Un dernier clin d’œil à Oriol (Natures Mortes chez Dargaud) qui a animé un atelier de dessins pour les plus jeunes et à Olivier Berlion (L’Art du Crime) qui a dévoilé à ligneclaire ses prochains albums. On y revient très vite.

Un bilan très positif pour cette Comédie du Livre 2017. Le retour manifeste, évident, de la BD en entrée de jeu et non plus reléguée au fin fond de l’Esplanade, des espaces accessibles, avec une vraie logique de parcours. Les Méditerranées ont bien été célébrées, un beau feu d’artifice ouvert sur la culture et le plaisir incontournable de lire, littérature sous toutes ses formes ou BD. Reste maintenant à attendre l’édition 2018.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 vote(s), moyenne: 4,50 étoile(s) sur 5)
Loading...
En lire plus sur: