Mourir sur Seine, mortelle Armada

Une adaptation du roman de Michel Bussi, Mourir sur Seine. Ce sont au scénario Gaët’s et au dessin Salvo dont c’est la première BD. Des meurtres très maritimes, un secret qui pourrait bien être un trésor planqué au fond de la Seine, ce polar est décalé et innovant par le montage même de l’histoire. Une enquête et une journaliste pour tenter d’expliquer ce mystère sur fond d’Armada de Rouen, on se laisse accrocher. Encore que ce soit parfois avec des réserves.

Mourir sur Seine Une jeune femme est assassinée dans les années 80 en Normandie dans le marais du Vernier. Vingt-cinq ans plus tard l’Armada remonte la Seine face à un public enthousiaste. Un jeune marin mexicain, Aquilero plonge du haut des mâts. Il est à son tour tué sur les quais de Rouen. Sur son corps, on découvre des tatouages, une colombe, un tigre, un crocodile et un requin. Plus une brulure qui semble en cacher un autre mais qui est en réalité un marquage au fer rouge. Une jeune journaliste locale est chargée d’enquêter. Elle va contacter Olivier Levasseur directeur des relations presse de l’Armada. Sur le portable du marin, on a découvert un curieux message. A la police, on s’interroge sur le mobile de ce meurtre et pourquoi le corps a été amené après la mort sur les quais. Pourquoi enfin ce marquage qui est celui que l’on pratique sur les bovins dans le marais du Vernier. Il faut consulter les archives alors qu’on arrête un SDF qui semble posséder l’arme du crime.

On passe ensuite la vitesse supérieure. Des indices curieux, des pirates normands, un vieux marin bourlingueur qui sait beaucoup de choses et Maline qui va essayer de démêler les fils. Les chapitres, tous titrés, alternent avec extrais du roman et fiches historiques. Le contexte de l’Armada de Rouen offre des possibilités nombreuses. On y croit mais bon. Le dessin est moyen, ce qui pour une première BD est normal. A souhaiter qu’il progresse pour le tome 2 qui viendra conclure cette adaptation de Bussi.

Mourir sur Seine, Tome 1, Petit à Petit, 15,90 €

Mourir sur Seine