Ira Dei, des débuts en force

On en avait parlé à Bruxelles avec Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat. Le duo reconnu de Block 109 et du Roy des Ribauds chez Akileos a poussé les portes de Dargaud avec Ira Dei et ce n’est pas un hasard. La progression, la montée en puissance des deux auteurs était visible d’un album à l’autre. En se lançant dans une nouvelle saga épique sur fond d’Histoire médiévale en Sicile, Brugeas et Toulhoat ont posé les premières pierres d’un édifice qui pourrait bien s’élancer vers des sommets. Personnages de feu, manipulations, fresque à grand spectacle, secrets à dévoiler, il y a en plus dans Ira Dei beaucoup d’originalité scénaristique et un héros charismatique mais tordu. Il a des comptes à régler, Tancrède, et Toulhoat l’a maîtrisé graphiquement et aux couleurs ainsi que tout l’environnement très riche de l’album. Une recette parfaitement proportionnée et épicée à souhait.

En 1040 la Méditerranée est un terrain de choix pour faire conquêtes et fortunes. On y trouve même des Normands, mercenaires qui se louent dont Tancrède le balafré et sa troupe flanquée d’un moinillon, Étienne, aux curieux pouvoirs ignorant la souffrance et représentant du pape. Qui est vraiment Tancrède que l’on appelle aussi Robert et quel est son but quand il réussit un coup de main audacieux pour être embauché par Harald qui assiège en vain Taormine ? Tancrède se rapproche de Harald qui doit absolument prendre la ville et l’or des caïds qui y est stockée. Les enchères montent. Tancrède oblige Harald à lui céder la totalité du butin si il pénètre dans Taormine. La politique a ses exigences pour Harald. Mais la jalousie et les manigances vont aussi être de la fête. Peu à peu le passé de Tancrède se révèle ainsi que les circonstances qui l’ont amenées en Sicile.

Ronan Toulhoat et Vincent Brugeas, un duo de choc pour Ira Dei. JLT ®

Tout est dans l’ambiguïté de Tancrède, prince déchu, aux ordres de la papauté ou de lui- même ? Étienne le moine et sa sœur, le mystère règne et Brugeas s’en sert habilement. Il y a aussi dans Ira Dei la complicité artistique et amicale des deux auteurs qui se connaissent bien, d’où cette progression dans l’efficacité, les bons choix. Le dessin est du vrai spectacle à grande échelle qui passe en force. Ce sera d’abord un premier cycle en deux albums mais ce n’est qu’un début. On fait le pari. En fin d’album un excellent cahier graphique.

Ira Dei, Tome 1, L’Or des Caïds, Dargaud, 13,99 €