La Banque T3, bientôt les règlements de compte

Philippe Guillaume, Pierre Boisserie et Malo Kerfriden continuent leur saga sur l’origine des grandes banques d’affaires et leurs débuts au XIXe siècle. Dans ce tome 3 de La Banque, Les Comptes d’Haussmann, on va suivre les turpitudes diverses d’une famille qui se déchire sur fond de fortunes perdues ou gagnées. Charlotte est de retour en France, vieille, malade mais déterminée à faire la peau de son frère Christian qui, lui aussi, a une progéniture à problèmes.

La Banque On creuse Paris en cette année 1857. On rase le centre, on trace des avenues, le baron Hausmann est à l’œuvre. L’immobilier a des ailes et les Saint-Hubert aussi. Victor est un vrai méchant, le roi de l’expulsion des pauvres, qui en prime se prend pour le docteur Jekyll. Ce qui déplaît pour le moins à son frère Théodore. Il saura s’en souvenir quand il le faudra. Il sont par contre agacés que leur tante Charlotte veuillent leur faillite. Quant à ses enfants, Jacques est destiné à devenir le meilleur agent de change de Paris. Sa sœur Odile va l’aider. On n’oublie pas le curé, frère des deux premiers, qui est tenu par le secret de la confession mais a des faiblesses pour sa cousine.

On monte en puissance dans ce nouvel épisode dans le ton des bonnes séries TV. Philippe Guillaume connaît la chanson de l’économie triomphante et sans états d’âme. Pierre Boisserie aussi sait ce qu’est un bon scénario. Malo Kerfriden a pris la suite de Julien Maffre sans trop de difficultés, avec sa propre vision de l’évolution physique des personnages. On attend avec impatience les règlements de compte qui seront sanglants. Mais la relève pour la haine est assurée.

La Banque, Tome 3, 1857-1871, Dargaud, 13,99 €

1857-1871