Les Sept Merveilles, à quoi servait vraiment le phare d’Alexandrie ?

Il y a un mystère à Alexandrie. Le gardien du phare mythique a fait un plongeon en flammes de son sommet. Un enquêteur, Kiostrates, va tenter de découvrir qui est à l’origine du meurtre. Troisième volume de 7 Merveilles, le phare d’Alexandrie est le héros de récit à la fois historique et policier. Luca Blengino a bien monté son intrigue au sommet du phare le plus connu au monde aujourd’hui disparu.

Les 7 MerveillesEn 254 AV. J.-C, Ptolémée demande à son général Kiostrates de trouver comment est vraiment mort le gardien du phare d’Alexandrie tombé en flammes du haut du monument. Suicide, meurtre, complot, il va trouver de l’aide auprès du jeune Mathyatu, un doué des maths égyptien d’origine. Ils vont découvrir un document étonnant concernant le phare et surtout son utilisation. Demostènes leur ouvre les portes de la grande bibliothèque d’Alexandrie où pourtant aucun document ne concerne les sciences. Avec des tueurs aux trousses, les deux enquêteurs remontent pourtant la piste des Manteaux Pourpres, une organisation dangereuse.

Il faut garder sa part de mystère à cette intrigue qui se rapproche de celle d’un Alix ancien. Le dessin réaliste de Tommaso Bennato donne du souffle à l’album, un péplum intelligent et bien coordonné, qui se lit avec plaisir.

Les 7 Merveilles, Le Phare d’Alexandrie, Delcourt, 14,50 €

Le Phare d'Alexandrie