Glacé, le cheval sans tête

Deux flics dont une gendarme, une enquête dans une vallée des Pyrénées, un asile où sont enfermés quelques sociopathes gratinés, des meurtres dont celui d’un cheval écartelé et sans tête, Bernard Minier a signé son premier roman avec ce polar, Glacé, que Philippe Thirault (Lewis et Clark) et Mig au dessin ont adapté. Du brutal mais en finesse où Minier a mis tout son talent de conteur de l’extrême. Des ambiances glauques à souhaits, des lavis pour renforcer mystère et doute, des couleurs de fond, Glacé est mené de main et crayon de maître sur des bases de duo que l’on retrouve de plus en plus souvent dans les séries TV françaises. La preuve, Glacé a été aussi adapté en série télé en 2016.

Glacé

Saint Martin de Comminges dans les Pyrénées, un téléférique qui déboule dans une gare d’altitude où le cadavre d’un cheval sans tête est accroché à la falaise. A Toulouse au SRPJ, Martin Servaz est commandant de police. Une procureure l’envoie à Saint Martin au moment où arrive à l’institut Wagner qui y est situé une nouvelle psychiatre, Diane. Elle veut établit le contact avec Julian un serial killer qui ne parle jamais. Servaz débarque lui aussi sur le lieu du crime et doit désormais travailler avec une capitaine de gendarmerie, Irène Ziegler. Il découvre qu’on l’a fait venir pour un cheval. Interrogatoires divers et la puissance bénéfique pour les lieux d’un milliardaire, Eric Lombard à qui appartient le cheval de course. La tête est retrouvée au centre équestre.

Glacé

On a deux affaires si ce n’est trois en parallèle. Les fils vont se nouer peu à peu et bien sûr ne sera pas le coupable qui l’on croit. Manipulations, vengeances, folie, passé tordu, affaires privées, les deux flics pourront-ils aller au bout de leur enquête ? Minier fignole et on est haletant accroché aux planches que Mig a remarquablement dessinées, fortes et angoissantes à souhait. Un des meilleurs polars BD du moment très bien adapté.

Glacé, Philéas, 19,50 €

Glacé

3.6/5 - (5 votes)