Avec Aurel, dur d’être de gauche : c’est pas normal

Aurel, dessinateur de presse montpelliérain, a rassemblé dans un bel album bien carré ses dessins sur l’élection d’un président normal certes mais de gauche. Avant d’en arriver à la charge suprême François Hollande et d’autres se sont fait un plaisir soit de se mettre des battons dans les roues, soit d’espérer ou de douter, d’avaler les vannes de Mélanchon ou de Le Pen, enfin, une vraie histoire que tout bon scénariste aurait eu du mal à écrire tant elle était improbable.

Avec des textes du journaliste Renaud Dély qui scande les étapes du sacre depuis les primaires à l’élection on rit beaucoup, jaune aussi, devant l’humour rapide et concret d’Aurel. On a l’habitude d’employer le terme faire mouche. Aurel fait mieux, il vise plus qu’au centre. De la cible bien sûr. Quant à un certain amateurisme du pouvoir en place il est moins drôle, pas normal, non ?

C’est dur d’être de gauche, Glénat, 15 €