Quinze ans après, l’Épervier reprend son vol et s’expose Galerie du 9e Art

Dumas avait appelé la suite de ses Mousquetaires Vingt ans après. Pour Les Sept Vies de l’Épervier, André Juillard et Patrick Cothias relancent les aventures d’Ariane de Troïl sous un titre, Quinze après, qui pourrait être un clin d’œil à l’auteur des Trois Mousquetaires. L’album vient de sortir. (Cet article est à lire aussi dans le mensuel ZOO de janvier).

Les 7 Vies de l’Épervier
La couverture de l’album (Dargaud ®)

On avait laissé Ariane de retour en France à la fin du Plume au vent, Ni dieu, ni diable paru en 2002. Adieu Plume au Vent, cette troisième époque redevient Les 7 Vies de l’Épervier. « Notre envie était commune avec Cothias » confie André Juillard qui « n’avait pas écarté l’idée de la reprise mais était pris par Blake et Mortimer ». Ariane, son père, Germain et Beau sont à Paris. Ariane recherche sa progéniture, « les deux graines » qu’elle a semées avant de partir aux Amériques. La première version du scénario « était trop sage. On ne tremblait pas pour les héros », ajoute Juillard. Il fallait un vrai méchant. Ce sera le vicomte de Roquefeuille dont Ariane a arraché le nez autrefois.

L’action s’emballe. Ariane remonte la piste qui va la mener à la jeune Ninon, sa fille, adoptée par Henri de Lenclos. On se souvient du Ninon Secrète de Cothias qui ouvrait déjà cette piste. A y être, Ariane avoue à Germain qu’il est le père. Mais l’abominable Roquefeuille a décidé la mort d’Ariane. Heureux hasard : Aramis et Athos croisent la route de la baronne.

Avec des duels, des chevauchées fantastiques et une violence qui donne à ce nouvel Épervier un petit air de western dans un XVIIe siècle enneigé, on voit tout le plaisir qu’André Juillard a eu de retrouver Ariane. Cothias ajoute une part psychologique qui noircit le scénario. Le dessin est superbe. De subtils décors ajoutent à l’ambiance. Ce retour est une réussite. Ariane a une fille. Mais elle aurait aussi un fils de sang royal. Un voyage dans le sud de la France pourrait être au programme de la prochaine aventure de la baronne.

André Juillard exposera ses planches du 10 au 12 janvier au Bastille Design Center, 74 Boulevard Richard-Lenoir à Paris dans le 11. L’exposition se poursuivra à la Galerie du 9e Art du 13 janvier au 2 février 2014.

Les 7 Vies de l’Épervier, 3e époque, Tome 1, Quinze ans après, 56 pages couleur, 13,99 €

Dédicace d'André Juillard
Ariane pour ligneclaire (Juillard ®)