Ogres et Cie, un joli théâtre d’ombres chinoises

Un album jeunesse qui a comme le précédent de Vincent Wagner, Cromalin et Cromignonne un charme fou. Des ombres chinoises, marionnettes d’un théâtre où l’humour souvent mène la danse, Ogres et Cie déroule ses histoires courtes avec de drôles de personnages sous l’œil amusé de Nessie évadée de son Loch Ness favori.

Ogres et CieUn gros géant dodu qui vient chercher la nuit tombée son jeune maître pour aller jouer avec ses copains aux montures de carnaval, une partie de pêche que Nessie regarde bienveillante en broutant les fourrés, une tarte baladeuse où cette fois un méchant ogre qui habite une villa design enlève des enfants mais se fait avoir, on adapte les récits à son imagination, adulte ou enfant. Sans oublier des diables cornus qui mangeraient bien un petit garçon.

Vincent Wagner a une légèreté graphique au ton toujours innovant. Pas de textes, seul le dessin raconte par ses ombres et ses gestes les histoires. Wagner est un bon conteur, sans jamais créer la crainte ni l’angoisse. Son trait est désormais bien ancré et a une bonne place dans l’univers de la BD jeunesse.

Ogres et Cie, Le Long Bec, 12,50 €

Ogres et Cie
V. Wagner ©