La Prière aux Étoiles, du Pagnol dans le texte

Quand Marcel Pagnol, en pleine guerre, détruit son dernier film La Prière aux Étoiles en cours de tournage, c’est en quelque sorte un acte de résistance. Il a déjà refusé toute compromission avec les Allemands et la Continental, société de collaboration forcée cinématographique. Face aux pressions, Pagnol met en place une politique de la terre brûlée. C’est pourquoi, aujourd’hui en découvrant la version BD de La Prière aux Étoiles, on a aussi un petit coup au cœur tout en savourant un texte que seul Pagnol pouvait écrire, tendre, émouvant, une trilogie comme pour Marius dont on va découvrir toutes les facettes grâce au talent de Serge Scotto, Eric Stoffel au scénario, Marko au storyboard et Inaki Holgado au dessin. Il faut bien prendre son temps, savourer les mots de Pagnol, sa parfaite connaissance de l’âme humaine, le sentimental qui dans chacune de ses œuvres met beaucoup de lui.

La Prière aux Étoiles

Elle est belle, intelligente, comédienne. Florence est la maîtresse d’un riche industriel lyonnais, Dominique, qui lui voue un amour fou et veut l’épouser. La mère de Florence est elle-aussi pour ce mariage qui leur permettrait d’accéder à un milieu huppé. Mais Florence veut vivre sa vie et les rapports avec Dominique sont complexes. Elle croit en son avenir d’actrice sans savoir la vérité sur qui a financé ses films. Devant la demande en mariage officielle de son amant, elle temporise. De son côté, Pierre est un auteur de chansons à succès mais qui a trahi son idéal musical. Il croise Florence dans un dancing. Pierre a écrit La Prière aux Étoiles, un tube, qui a une histoire peu banale.

On reste sur ces quelques lignes afin de ne pas en dire plus car Marcel Pagnol bâtit son roman à fines touches toujours écrites avec une élégance et un ton sans pareil. On reconnait du Pagnol entre mille. C’est une fois de plus le cas dans cette histoire d’amour où Dominique a un petit air de Kessel. Pagnol dramatise les faits mais a en réserve passion et sourire, humour et tendresse. L’adaptation est très travaillée, finement mise en scène avec de très bons cadrages, un découpage qui donne au texte tout son relief. Scénaristes et dessinateurs ont fait cause commune en honneur à Pagnol et on a un vrai plaisir à découvrir cette œuvre méconnue qui a aussi été publiée aussi en roman. L’album se termine par un très bon dossier d’Eric Stoffel qui revient sur toute la génèse du film et les prises de position de l’auteur pendant la guerre.

La Prière aux Étoiles, Tome 1, Grand Angle, 14,90 €