H.O.M.E., pas si sweet mais efficace

Un robot géant (au petit look de Goldorak sans les cornes) qui se refait une santé et traverse l’espace pour, sur un ordre bizarre venu de Terre, se transforme en doux logis aux capacités incroyables dans une rue pavillonnaire. H.O.M.E. est une drôle de nouvelle série inventée par Hervé Bourhis et Rudy Spiessert. 

Restez chez vous

Arthur, la jeune Ariane qui est la cause de tout et ses parents, les Kadic, vont avoir un sacré surprise en rentrant chez eux. Une carcasse de vieux robot de guerre qui flottait dans l’espace dans une décharge cosmique a repris du service en recevant un message de la console d’Ariane. Direction la Terre directement sur la nouvelle habitation de la petite famille qu’il écrase allègrement. La maison pas la famille qui intègre son nouveau sweet H.O.M.E (Humanoïde/Obsolète/Mégalactique/Électronique). Mais va falloir y aller avec des pincettes car le robot peut dézinguer la Terre entière. Question de compréhension mutuelle. 10 000 m2 habitables sur 60 nivaux, des gadgets partout, des missiles nucléaires, le nouveau charmant énorme pavillon n’est pas simple à gérer. Même la mamie qui a des neurones en berne apprécie la situation et se fait offrir un voyage sur la Lune où elle a toujours rêvé d’aller.

H.O.M.E.

Un album déjanté mais avec un humour sidéral et sidérant. En prime un mystère familial qui explique presque tout. Faut jouer le jeu pour toute la joyeuse famille qui a bien compris qu’elle flirte avec les catastrophes. Et donner le change aux amis, voisins et quand on tire la chasse d’eau ça défrise. Des histoires courtes qui s’enchaînent, des monstres et une vraie fantaisie réjouissante.

H.O.M.E., Tome 1, Restez chez vous, Dupuis, 12,50 €

H.O.M.E.