Le Nouveau monde T2, la fin de la course

Les Sept cités mythiques de Cibola sont toujours le but d’une poignée d’aventuriers et de la belle Isabel dans ce tome 2 du Nouveau Monde. Ce diptyque se déroule juste après la conquête par l’Espagne et la chute de l’empire aztèque qui deviendra le futur Mexique. Si c’est bien sûr au scénario toujours François Armanet et Jean Helpert, le dessinateur a par contre changé. Stefano Carloni a remplacé Xavier Coyère. Aucune comparaison possible dans le trait et quelques faiblesses dans ce tome 2, ce qui provoquera obligatoirement un décalage à la lecture de ces albums à la suite l’un de l’autre. Reste une question : pourquoi ce changement ?

Le Nouveau monde1538, un conquistador noir, Esteban, frère Marcos envoyé par le pape, et Isabel, fille de l’empereur Moctezuma, dernier empereur aztèque, filent vers Cibola. A leurs trousses Guzman qui a été en fait le sauveur d’Esteban, esclave qu’il a racheté. Ils sont désormais ennemis et il aimerait bien récupérer Isabel qui lui a été promise. Avec lui le terrible et sanglant Xicotenga qui a perdu une main dans un combat contre Esteban. Pendant leur traversée de la jungle, Marcos et Isabel se rapprochent mais le moine est retenu par ses vœux. Les trois fugitifs arrivent sur le territoire des Chiricahuas. Faits prisonniers ils sont épargnés pour avoir soigné le fils du chef de la tribu. Marcos et Isabel finissent par se retrouver ce qui met le moine dans tout ses états, prêt à aller implorer le pardon du pape.

Autant le tome 1 avait étonné sur le renouveau d’un sujet assez classique grâce au conquistador noir, autant cette fin de la course au mythe reste dans le programmé sans grande surprise. Très peu de dialogues et un récit, duels, Cibola, règlements de comptes, qui se finit dans la logique de cette rencontre avec ces Chiracahuas mexicains. Ce qui est par contre assez bien trouvé à condition de chercher quelques précisions sur l’implantation de ces indiens à l’époque. On dira qu’au total avec ce changement en vol de dessinateur, le résultat reste moyen alors qu’il aurait pu être nettement meilleur.

Le Nouveau monde, Tome 2, Les Sept cités de Cibola, Dargaud, 13,99 €

Les Sept cités de Cibola