Homunculus, un coup d’Ether pas clair

Autant le dire de suite, il faut s’accrocher aux branches mais une fois l’exercice réussi, on se laisse envahir par une vraie sympathie pour cet Homunculus qui a dû croiser Tardi au moins un peu pour le graphisme de certains de ses personnages. Un duo de choc composé d’un médecin déjanté et d’une petite chose trouillarde à casque de scaphandrier va devoir face à une invasion de monstres divers à la suite du décès d’une brave dame qui avait tout prévu. Enfin sa mort surtout. On ne s’acharne pas sur la logique de cet album signé par un Danois Rune Ryberg, ce qui n’explique rien d’un trait joyeux ou pas, réaliste et caricatural avec au scénario Benni Bødker. Comment ils font les Aventuriers de l’Étrange pour trouver ces pépites improbables ?

Homunculus

Madame Kowalski est morte. Elle était très connue. Elle avait prédit sa mort à la seconde près. Sauf que le docteur la prenait pour un escroc mais elle avait accès à l’éther. Un brin parano le toubib qui garde un œil sur le culte d’Ashra et joue au profanateur de sépulture dans un tombeau vide, celui de sa femme Mina. Enfin presque vide sin on exclu le tentacules sui en sortent. Ou les deux Indous à turban qui le suivent. Comme on suit le petit homme à longues oreilles copain du médecin, un porcinet qui met une sorte de casque de scaphandrier. Il a des soucis le petit car les montres en ferait bien une bouchée. Il doit faire face, car le champ nébulo-électrique du docteur le protège. Un petit peu mordu quand même. Faut affronter l’Ether et le petit homme pourrait bien y arriver.

Le serpent de feu

L’Ether (Alex Alice a en déjà parlé) est un abime que peu de gens peuvent voir, qui brouille notre réalité. La menace est là. Mais comment est morte, disparue, l’épouse du docteur spécialiste de philologie orientale ? Que des veaux les spirites. Ou des menteurs. On s’amuse bien à suivre les délires de ce bon docteur, avec des momies aussi. La mort est notre pus grand voyage, un pince sans rire Harryhausen et ses aventures sont épiques, picaresques, surréalistes, décalées, drôles mais séduisantes. Des monstres comme si il en pleuvait. Un feuilleton qui aura une suite pour engin tout comprendre de l’Ether qui nous menace.

Homunculus, Tome 1, Le serpent de feu, Les Aventuriers de l’Étrange, 16 €

Homunculus