Mercy, la belle Hellaine

Deux mondes qui pourraient bien s’affronter, une superbe jeune femme aux besoins insatiables, une petite fille trouble-fête dont l’innocence pourrait bien perturber le grand jeu, Mercy a un ton à la fois réaliste, fantastique et horrifique. Que s’est-il vraiment passé dans une petite ville de l’état de Washington à la fin du XIXe siècle ? Mirka Andolfo trace un conte cruel mais plein de surprises plus ou moins vénéneuses. On sent très vite la montée en puissance de forces qui dépassent l’humain mais jusqu’où et pourquoi ? Un dessin soutenu et très évocateur, porteur pour un suspense moral et intellectuel.

Mercy

Une mine a explosé à Woodsburgh à cause de Lady Swanson faisant de nombreuses victimes. Mais il pourrait y  avoir des survivants. Plus tard, lors de la commémoration de la tragédie la famille Swanson est conspuée alors qu’une petite fille Roby assiste à la cérémonie. Roby est métisse et travaille chez un sale type qui exploite les enfants qu’il recueille. Arrive dans un riche attelage la belle et mystérieuse Hellaine flanquée de son étrange majordome. Il semblerait que Hellaine ne vienne pas pour la première fois au village alors que Miss Swanson n’a pas apprécié d’être agressé par deux rustauds qui vont le payer cher.

La dame, le gel et le diable

Il ne faut pas trop ne dire sur la belle Hellaine. Il y a du diabolique dans l’air, des règlements de comptes en perspective et surtout de drôles de choses dans le lac sous la mine dévastée. Mais il y a aussi le mignonne Roby qui va apporter la touche sensible et romantique à cette œuvre au premier abord sombre et violente.

Mercy, Tome 1, La dame, le gel et le diable, Glénat, 14,95 €