La Guerre des Mondes, à redécouvrir

La Guerre des Mondes est devenu un classique en BD. Très connu par le feuilleton radio de Wells qui a semé la panique au début des années trente, adapté à maintes reprises (par Dobbs entre autres), avec plus ou moins de bonheur, le roman de Wells continue à inspirer les auteurs comme le montre cette dernière sortie signée par Thilo Krapp. On reste très fidèlement dans l’univers de l’écrivain à la fin d’un XIXe siècle qui va se singulariser par une révolution industrielle à laquelle, en plus de Verne, se devait de voir apparaître des envahisseurs venus de Mars ou une expédition que Méliès envoyait sur la Lune. La civilisation est en danger, l’Europe, en 1898, à la merci prémonitoire d’un conflit international et des êtres malfaisants prêts à dévaster la Terre. Un trait très clair pour ce dessinateur allemand qui signe une version agréable et bien documentée, au ton très juste.

La Guerre des Mondes Robert est un scientifique qui s’est aperçu que la surface de Mars était en pleine ébullition. Éruption ou manifestation d’une vie sur la planète rouge ? Quand des fusées se mettent à tomber sur Terre, on comprend qu’elles sont habitées mais que ces voyageurs ne viennent pas en amis. Ce sont des extraterrestres martiens dont Robert va pouvoir mesurer la violence et le danger. Des créatures à tentacules sortent des fusées et armées de rayons sèment la mort parmi la population. Mais tous ne sont pas conscients qu’une invasion vient de commencer. Les Martiens vont affronter l’armée anglaise et ses canons impuissants face à leurs rayons de la mort. Mais pourtant les créatures ne semblent pas invulnérables.

Le dessin, le cadrage, les ambiances sont très prenantes. Londres envahie fait penser au Blitz de 1940 avec en prime une invasion de la City, l’exode, une bataille navale, des Martiens vampires. Il y a une vraie tension dramatique dans ces pages. Les hommes sont devenus des fourmis comestibles mais la nature fait parfois bien les choses. On connait presque par cœur l’histoire que l’on a pourtant, avec Krapp, l’impression de redécouvrir sous une forme assez moderne. Une excellente reconstitution de l’architecture anglaise de l’époque.

La Guerre des Mondes, Jungle, 16,95 €

La Guerre des Mondes