Une Famille en guerre, une tragédie alsacienne

Le sujet est toujours brûlant. L’Alsace a vécu un drame unique, devenir allemande en 1871, puis redevenir française en 1918, repasser sous autorité allemande en 1940 avant d’être libérée en 1944. On ne peut sortir indemne d’un tel cataclysme, humain, social, politique, sentimental. Il y aura évidemment les cas de conscience des Malgré nous, ces Alsaciens obligés de porter l’uniforme allemand puisque devenus ressortissants du Reich, parfois dans la SS. Dans Une Famille en guerre, le conflit ne sera pas qu’externe mais aussi au sein même de l’environnement privé. Stéphane Piatzszek au scénario (La Cour des miracles) et Espé au dessin retracent le destin de l’une de ses familles touchées de plein fouet par le drame.

Une Famille en guerreDans une clinique de Mulhouse, un jeune cadre va tenter de se refaire une santé morale, échapper au burn out. Une nuit il entend un autre patient hurler. Il le reçoit et le vieux monsieur lui prose un excellent Riesling, un cru d’exception alsacien. Son père était Alfred Engel, un gros viticulteur près de Colmar. En 1940, il cache ses tonneaux pour que le Allemands ne les lui prennent pas après l’annexion de l’Alsace. On cherche partout Antoine, le fils, fait prisonnier sous uniforme français. Sa sœur et avec Henri ravitaillent les prisonniers. Libéré, Antoine retrouve sa famille. Pour lui l’Alsace ce n’est ni la France, ni l’Alsace, c’est aussi ses vignes. Son jeune frère François est autonomiste et se heurte à son instituteur pro-allemand, né à la fin du XIXe siècle. Salut nazi obligatoire, statues française abattues, réquisitions, chasse aux Juifs, l’Alsace est sous contrôle allemand nazi.

Une Famille en guerre

Prise entre deux cultures et deux Histoires, française mais avec toujours un sentiment d’avoir été parfois oubliée, sous des lois datant pour certaines de Napoléon, l’Alsace est éprise de liberté, attachée à la France. La résistance sera forte à l’occupant et des combats d’une rare violence marqueront sa reconquête entre autres par des troupes françaises aux côtés des Alliés. On va suivre avec beaucoup d’intérêt cette série qui témoigne d’une tragédie que personne en Alsace n’a oubliée.

Une Famille en guerre, Tome 1, Le pays perdu, Glénat, 14,50 €

Le pays perdu