L’Art du crime T6, poète maudit

On est toujours suspendu à la parution d’un nouvel épisode de L’Art du crime. Une série en neuf épisodes que Olivier Berlion et Marc Omeyer ont mené de mains de maîtres, neuf morts violentes, neufs arts majeurs et au total un fil rouge dont on ne saura tout qu’au dernier album. Après Sierra Verde, avec le tome 6 c’est la littérature qui est le moteur, le support de cette intrigue dans laquelle il faut savoir même si c’est une histoire complète, retrouver des indices qui relient le tout. Pas évident, encore que cette fois, on y voit un peu plus clair dans le machiavélisme efficace des deux scénaristes. Au dessin de Par-dessus les nuages, titre de l’épisode, il y a Fabrice Druet qui avait mis en images trois des titres les plus célèbres d’un non moins doué des rois du suspense, Edgar Allan Poe.

L'Art du crime En 1905 à Londres Jonathan Ridges ouvre son cœur à Ashley qu’il veut épouser. Elle accepte et à la sortie du restaurant elle se fait écraser par un attelage. Jonathan est sauvé de justesse du suicide par le père de la jeune fille, un éditeur célèbre passionné de poésie. Il l’envoie en Russie en pleine effervescence sur les traces d’un poète brillant, Dimitri Alechinski. La répression tsariste est en marche. Pendant son voyage Jonathan assiste à un meurtre de la police secrète et à son arrivée il est flanqué d’un guide qui doit l’espionner. Dimitri se lance dans la résistance à l’oppression et découvre que Jonathan connait ses poèmes. C’est la femme de Dimitri, Irina, qui avait envoyé ses textes à Londres. Mais Dimitri ne veut rien entendre, traumatisé depuis la mort de son frère et voulant s’impliquer dans la révolte qui couve. Irina a noté les poèmes dans un carnet.

C’est le carnet qui va être on s’en doute le moteur et l’enjeu de l’intrigue sur fond de débuts de la révolution russe en 1905. Que vont devenir les poèmes ? Et voila qu’on va peut-être renouer avec l’intrigue générale grâce à ce poète maudit. Enfin à voir de plus près. Ne pas en dire plus car c’est bien joué. Le dessin est assez classique. Sans plus. Mais le puzzle commence à prendre forme. Trois albums encore avant le dénouement.

L’Art du crime, T6 Par-dessus les nuages, Glénat, 13,90 €

Par-dessus les nuages