Revanche, western unique

On commence par parler de l’éditeur, The Hoochie Coochie qui a ses quartiers dans le Diois, à Die. Pour ceux qui ne connaissent pas c’est superbe, au pied du Vercors et on y fait aussi de la blanquette. Un éditeur qui est reparti tout feu tout flammes et à qui l’on doit de beaux titres présents et à venir à la rentrée. Avec Revanche de Alex Baladi, on repart sur les pistes de l’Ouest, d’un meurtrier justicier, d’une maison close qui fait des envieux, des outlaws qui se font la banque du patelin. Un découpage étonnant, qui renouvelle le style et fonctionne parfaitement tout au long de ces 240 pages en noir et blanc au tempo soutenu.

RevancheEn prison et passé à tabac, il joue du Colt comme personne et pendant qu’on l’a arrêté pour meurtre, la banque a été dévalisée. Il est d’origine française. On l’a trouvé sans arme près du cadavre d’un général. Il s’est rendu et a avoué le meurtre qui s’est passé dans le bordel de la naine mexicaine. Mais pourquoi s’est il laissé arrêter le tueur ? Entre lui et son gardien s’instaure un dialogue qui ressemble à la fois à un interrogatoire et à une confession. Le général que tous vénère serait une ordure. Quant à la maison close, un drôle de type vient prévenir que ses patrons veulent la racheter. Sauf que la patronne serait retournée dans sa Suisse natale.

Chasse à l’homme, enfermement, dissimulation, règlements de comptes, et mystères divers, une institutrice au lourd passé, les pistes se recoupent. Une narration précise, qui progresse par touches avec un graphisme porteur. On ira avec attention les notes de l’auteur en fin d’ouvrage sur le western. Un bouquin hors normes, unique dans le genre et que l’on retrouve avec plaisir.

Revanche, Hoochie Coochie, 28 €

Revanche