La Grande Évasion : Asylum, un monde unique sans issue

Une cité qui est un énorme pénitencier où cohabitent Verts, Rouges, Bleus, Jaunes sous l’autorité de Pastor, une entité toute puissante. Dans la collection La Grande Évasion, Asylum (Delcourt) est un endroit où on perd tout espoir de s’échapper car il n’existe pas d’autre monde. A moins qu’un grain de sable détraque l’édifice. Serge Lehman et Dylan Teague ont bâti une œuvre de science-fiction dramatique qui a aussi un petit côté polar futuriste.

La Grande Évasion On en plaisante pas sur Asylum. Anton-5 passe de Vert à Jaune par la commission médicale. Une condamnation qu’Anton-5 va éviter en tuant un Rouge et en créant la panique. Il sera brûle et son ADN recyclée pour une future incarnation. Mark-II son ami et Sophie-3, des Verts issue d’une union entre Bleus, les politiques, et Jaunes, psychotiques, sont punis par Pastor. Un Rouge va tenter de tuer Mark-II qui par hasard trouve une curieuse boule, une caméra, qui va lui permettre de contacter l’extérieur et d’apprendre enfin la vérité sur Pastor et le système carcéral d’Asylum. La suite est à découvrir dans l’album, suspense oblige.

Il y a un peu du film Soleil Vert dans Asylum côté ambiance et décors. On est tenu en haleine par la tentative désespéré du héros pour s’évader et retourner à la réalité. Tout réside dans Asylum sur le mensonge et sa capacité à permettre de domestiquer les humains. Une manipulation au plus haut degré qui élude tout autre monde que celui d’Asylum. Bien ficelé ce scénario comme le dessin aussi et belles couleurs de Cyril Saint-Blancat.

La Grande Évasion, Asylum, Delcourt, 14,95 €

Asylum