Désignation du Grand Prix d’Angoulême 2016 : la direction du festival botte en touche

Festival BD Angoulême 2016Voici le dernier (?) épisode dans le débat sur la désignation du Grand Prix d’Angoulême 2016. Après le premier : « Pas de femmes, enlevez-moi des nominés », le second : « Mais si, on aime les femmes à Angoulême », le suivant c’est : « La parole aux auteures, auteurs ». La direction du Festival revient sur sa décision précédente et joue les Ponce-Pilate. Libre-arbitre qu’ils disent, histoire de contenter tout le monde et de ne plus faire de vagues à trois semaines du festival. Ce qui commençait à faire désordre. Sauf que la bonne question (sans nier un instant la justesse de réaction de Riad Sattouf et le talent incontournable des femmes en BD, merci Florence, Claire, Chloé, Sandrine, Marion … on ne peut pas toutes les citer), c’est qui cela concerne vraiment ? Pas les lecteurs. On en est arrivé au chacun pour soi, « étape ultime de la démocratisation ». C’est écrit camarades. Tout les auteures et auteurs pourront voter. La direction du festival a botté en touche dans les grandes largeurs et, finalement, n’est plus vraiment concernée par le Grand Prix. Elle prendra acte. Etonnant, non ? J-L. TRUC

Voici le texte intégral du communiqué :

LA PAROLE AUX AUTEUR.E.S !

À l’issue des débats intervenus depuis deux jours sur l’absence d’auteures dans la liste des Grands Prix potentiels, le Festival a pris la décision d’inviter l’ensemble des auteur.e.s de bande dessinée à voter librement pour désigner comme lauréat.e l’auteur.e de leur choix.

Libre arbitre aux auteur.e.s

Franchissant une étape ultime dans la démocratisation de la désignation du Grand Prix (après les réformes intervenues en 2013 et 2014), le Festival soumet donc au libre arbitre absolu des auteur.e.s l’élection du lauréat/ de la lauréate, et ce, dès cette édition 2016. Aucune liste de noms de créateurs/créatrices du 9e Art ne sera, par conséquent, proposée à leur vote, et il leur reviendra de choisir, en toute liberté, le nom du confrère ou de la consœur qu’ils/elles souhaitent élire en tant que Grand Prix.* Le Festival espère ainsi que le processus d’évolution en cours de féminisation de la création dans le domaine de la bande dessinée trouvera, au moment que les auteur.e.s eux/elles mêmes jugeront opportun, une forme de reconnaissance via ce Grand Prix.

Le Festival, soutien de la création au féminin

Le Festival tient également à réaffirmer avec force que c’est à l’aune d’autres actions conduites par lui qu’il convient d’apprécier sa relation aux créatrices de bande dessinée d’aujourd’hui (le Grand Prix relevant, par sa nature même, d’une démarche qui prend en compte l’œuvre d’un.e auteur.e sur un temps long). À cet égard, le Festival tient à rappeler qu’au delà de toutes les preuves que l’on peut trouver, dans son histoire récente, de sa capacité à promouvoir des auteures, le meilleur marqueur de sa démarche pour l’édition 2016 reste sa Sélection Officielle. Celle-ci présente dix livres réalisés par des auteures. Ce sont ces œuvres que le Festival invite aujourd’hui le public et les journalistes à découvrir. Elles incarnent, à ses yeux, avec celles des autres auteurs en sélection, le présent et l’avenir de la bande dessinée.

Les auteur.e.s au cœur

Depuis son origine, il y 42 ans, le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême a été tourné vers les auteur.e.s. Ils ou elles sont au centre de sa raison d’être et de sa démarche de médiation avec le public, précisément pour promouvoir leur création. C’est bien dans cette perspective que le Festival s’inscrit, avec cette nouvelle évolution du mode de désignation du Grand Prix. Il espère qu’une fois encore, les auteur.e.s, en votant, lui accorderont leur confiance et lui apporteront un soutien égal à celui qu’il s’efforce de leur manifester.

*Sur un plan pratique, de nouveaux aménagements du site web dédié au vote (réservé aux seul.e.s auteur.e.s) va être réalisé par le Festival dans les jours prochains. Il s’accompagnera de la mise en place d’un processus de vote adapté, afin de garantir les meilleures conditions possibles pour l’élection au Grand Prix du 43e Festival international de la bande dessinée.