Nevada T3, sur la piste des Navajos

On avait qualifié Nevada de para-western hollywoodien. Et le tome 3 confirme le genre, le passage de l’ère de l’Ouest sauvage à celle de sa reconstitution édulcorée par Hollywood. Colin Wilson excelle dans le genre et son dessin colle avec le sujet, le rend encore plus crédible, lorgne vers Leone revisité par Tarantino. Et puis il y a les scénaristes, et non des moindres, Fred Duval et jean-Pierre Pécau, un duo qui sait y faire sur les couleurs de Jean-Paul Fernandez. Cette fois Nevada, chasseur de primes et mercenaire, va jouer les gardes du corps d’un acteur qui doit tenir le premier rôle dans un western vital pour beaucoup de monde. Sur fond de paysages immuables, ceux de Monument Valley.

Blue canyon

En plein tournage, l’acteur Sammy Glover, star des westerns a une crise cardiaque. Louise la productrice doit le remplacer dans l’urgence alors qu’elle allait donner une interview à Miss Johnson. Il faut adapter le script et convaincre Mac Nabb, acteur célèbre mais chauvin, buveur, drogué de jouer le rôle. Mais il y a des conditions pour qu’il accepte. Nevada, lui, enquête sur un truand Carsen qui alimente les studios en toutes sortes de produits illicites. Et s’est renseigné sur Louise, la copine cinéaste de Nevada. Pas bon tout ça. D’autant que Mac Nabb veut aller à cheval sur les lieux du tournage à Monument Valley avec Indiens, des Navajos, et toute la sauce. Nevada va l’escorter mais Mac Nabb a aussi des casseroles aux fesses.

Nevada

Une balade qui ne va pas être que touristique. Un western à la sauce polar avec un très méchant qui flingue à tout va, Nevada au petit look de Jerry Spring en brun pris au piège dans un Fort Alamo sanglant, des Navajos qui apprécient moyen, Louise et la journaliste en première ligne, ça chauffe dur à OK Corral et on plonge en plein drame. Un album comme on les aime parfaitement mis en scène sur des décors superbes, des personnages hors normes, des rebondissements inattendus.

Nevada, Tome 3, Blue canyon, Delcourt, 14,95 € 

Nevada