Johnny Jungle, on est plus près de la vérité en slip

Après l’Ouest avec Lincoln (et son frère au scénario) Jérôme Jouvray a décidé de nous emmener faire un tour dans la jungle. Greystoke et Tarzan ne font plus qu’un avec  la vie du nageur Johnny Weissmuller devenu acteur dans les années 30 pour justement incarner l’homme de la jungle. Avec en prime un gros clin d’œil à King Kong.

Johnny Jungle
Tarzan, Weissmuller, un même personnage.

Jean-Christophe Deveney s’est attelé à l’écriture pour que Johnny Jungle puisse nous raconter sa vie délirante et édifiante. Devenu complètement paranoïaque Johnny, sur la fin de sa vie, revoit son parcours en images, celles de Jouvray, très accomplies et affinées dont la couleur a été confiée à Anne-Claire Jouvray.

Roi de la jungle Johnny vivait au paradis avec son fidèle ami gorille. Gai luron éduqué par un père évangéliste il rencontre un jour une équipe de cinéma qui tourne avec la grande vedette Jane dont il tombe amoureux. Son destin est tracé. Jane sera présentée à la maman gorille qui la bourre de bananes. Il suivra Jane en Amérique. On passe sur les détails. Médaillé olympique Johnny est le roi de la fête et passe au cinéma pour interpréter son propre rôle, celui de Johnny Jungle.

Humour décalé, saveurs acides ou douces, dessin subtil, évocateur, ce premier tome en 80 pages est réjouissant. Les témoignages sur Johnny intercalés sous un format plus petit et des références graphiques aux Tarzan BD apportent une sorte de vie et de crédibilité à ce Johnny Jungle dont on attend la suite des aventures dans un tome 2 qui clôturera le cycle.

Johnny Jungle T1, Glénat, 17,25 €