L’Aventure immobile, Blake et Mortimer, le retour avec André Juillard et Convard

Un retour et une réédition améliorée, c’est celle du premier tome de la collection L’Aventure Immobile chez Dargaud. Paru en 1998, cet album en format à l’italienne redonne la parole à Blake et Mortimer bien longtemps après leur dernière aventure. Ils sont retraités les deux amis et correspondent au fil du temps qui passe. Jusqu’au jour où ils ont enfin la possibilité de savoir ce qu’il s’est vraiment passé dans la Grande Pyramide en 1956.

L'Aventure immobile

Une lettre qui vient d’Égypte, une cérémonie au Saint-James Temple leur club, Blake et Mortimer qui coulent des jours paisibles mais semblent s’ennuyer ferme se retrouvent aux côtés du cheik Abdel Razek. Qui ne se souvient de sa phrase, « Par Horus demeure »  au sein même de la chambre oubliée de la Grande Pyramide ? Le trésor fabuleux, le bassin aux crocodiles, Olrik devenu fou, et l’oubli total pour Blake et Mortimer. Un rêve commun va embarquer les deux héros vers un passé qu’il auront peut-être ainsi la chance de reconstituer. Pourquoi depuis leur sortie du monument Mortimer porte-t-il une curieuse bague ? Même Kamal, l’inspecteur qui les a aidé à l’époque, est curieux de savoir enfin la vérité.

Didier Convard et André Juillard sont les deux maîtres d’œuvre de ce très joli ouvrage, empreint de poésie et de nostalgie. Le rééditer est une excellente idée. La nouvelle couverture apporte un vrai plus ainsi que le découpage intérieur, les illustrations agrandies, toujours aussi somptueuses et empreintes de vie d’André Juillard. La typographie a été revue, les lettres manuscrites à en-tête ajoutant un authentique romanesque à l’ouvrage. Il faut lire cette aventure, un petit bijou à découvrir pour tous les fans de Blake et Mortimer, de Juillard et du talent d’écrivain de Convard. D’autres héros avaient suivis à l’époque. A voir si Dargaud reprendra tous les titres de cette collection dont Barbe-Rouge ou Les Pieds-Nickelés avaient été aussi les héros.

L’Aventure immobile, Blake et Mortimer, Dargaud