Comment je ne suis pas devenu moine, un gentil qui revient de loin

Les récits autobiographiques sont difficiles à écrire, à mettre en images, et donc, malgré toute la bonne volonté de l’auteur, ne sont pas toujours des réussites. Mais quand la partition fonctionne et déroule une mélodie sans fausse note, alors le pari est réussi. C’est le cas de Jean-Sébastien Bérubé qui, avec Comment je ne suis pas devenu moine, raconte avec un luxe de détails, une précision de chaque instant et émotion son voyage au Népal puis au Tibet. Mais attention, il a réfléchi, appris le bouddhisme auquel il adhère et au passage le tibétain. 

Comment je ne suis pas devenu moineDe Montréal où il prend ses contacts et passe six ans, se convertissant au bouddhisme, Jean-Sébastien Bérubé veut aller au Népal et devenir moine. Il va un peu tiquer sur la relique de Bouddha et relativiser. Il débarque à Katmandou en 2005. Commence alors un long apprentissage d’un pays où il est avant tout un touriste qui découvre qu’il peut y avoir des mauvais moines et que sur son front est marqué pigeon. Mais de rencontre en rencontre, il se fait à sa nouvelle vie. Il sera reçu par de hautes instances à qui il pose les questions qui lui semblent essentielles et doit boire un coca. On lui demande de travailler dans une école de dessin. Bérubé continue son périple sur des pistes qui croisent tourisme et spiritualité. Vient enfin le jour où il peut traverser la frontière et passer au Tibet sous autorité de la Chine.

Comment je ne suis pas devenu moine
Bérubé ®

Ce qui ressort le plus dans ce voyage initiatique est à la fois le courage de Jean-Sébastien et l’ambiguïté de ce Disneyland du bouddhisme comme le nomme Bérubé. Tibet et Chine, une vision que l’Occident a rendu manichéenne, sans nuances. Une très grosse dose de sincérité, une approche honnête, Bérubé sait se moquer de lui-même et revenir sur des idées reçues avec un recul qui peut le faire souffrir. Et puis il y a ce bégaiement qui pourrit la vie de Jean-Sébastien Bérubé, peut-être une des causes profondes d’un mysticisme qui pourrait permettre de le régler. Au total on ne lâche pas ce bouquin dont le dessin s’impose sans prétention. Jean-Sébastien est un gentil qui revient de loin en ramenant avec lui un superbe témoignage humaniste.

Comment je ne suis pas devenu moine, Futuropolis, 29€

Donnez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Code de sécurité * Le temps limite est dépassé. Merci de rentrer la valeur à nouveau.